Non classé

Kate, Chambre 213

Vue sur la place, palais des papes, vue sur le ciel gris, vue sur son corps filant sous les draps. vue sur ma vie qui défile en quelques millièmes. Vue sur son dos, quand elle se roule contre moi, vue en elle, quand j’ai perdu pied la première fois. Tant d’hypocrisie et de mensonges avant elle pour arriver au fond d’elle et réaliser qu’il n’y a plus qu’une seule vérité même si elle continue d’arpenter la queue de son mari que je respecte, moins profondément qu’elle, en toute sincérité. notre planning n’a qu’un seul rendez vous : que son sexe m’absorbe, pendant que son officiel fait de la confiture.
Les hommes sont d’une grande naïveté. Ma mère m’a sauvé, elle a fait de moi un hybride prêt à monter les femmes et à sentir leurs hommes.

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s