Non classé

Welcome (Mother)Fuckers

Les saisons passent et le confort s’installe. On voudrait dormir indéfiniment dans vos chattes où il fait si bon s’oublier. Les pulsions prennent le dessus, ce désir de pénétrer, de fourrer, de gicler qui n’a rien de romantique ou de sensuel. On déguise l’acte et on monte un chapiteau entier pour mieux vous faire avaler nos bites, dans tous les sens du terme. Puis on le raconte à nos homo erectus de potes. Rien ne changera, rien ne fera évoluer ce pourquoi on vous accueille, on achète du champagne, des fleurs, on allume des bougies, la musique, le baratin inlassable et imbuvable que l’on sort.
Pourtant les hormones finissent par nous flinguer les neurones, plus ton cul est attractif, plus ton décolleté fais oublier ton laid visage plus les hommes banderont et penseront à foutre leur bite dans chaque orifice que tu leur présente.
On en parle peu, pourtant, si l’on croit les millions de putains de ligne de textos de mail de commentaires à la con qui se résument par un coït et des pensées lubriques. Quand vous avez trouvé le bon celui là a le droit d’aller un peu plus loin, vous engrosser pour commémorer l’inoubliable et défunt moment où il vous trouvait encore bandante.

A terme, tout cela s’évapore, une autre vous remplace, chatte moins contraignante ou tout simplement plus facile, mais rassurez vous, les hommes sont de tels carnassier que même paumée, dépressive, alcoolique, naturellement casse couille vous trouverez toujours une braguette facile à descendre. Ça vous rassure, ça nous vide les couilles, il faut bien que nos esprits s’unissent à un moment donné.

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s